Cette année j’achète mes jouets de Noël dans une ressourcerie

En 2012, Claire Tournefier-Droual devient maman. Sa maternité la pousse à s’interroger sur la durée de vie des jouets et la possibilité de leur donner une seconde vie. Ce questionnement l’amène à créer cette année là, l’association Rejoué. Objectif : employer des personnes en chantier d’insertion pour collecter, trier, remettre en état des jouets pour ensuite les revendre entre 50 et 70 % moins cher que le prix neuf. En  2016, 33 tonnes de jouets ont été collectés et depuis 2012, plus de 60 000 jouets ont été vendus. Une activité éco-responsable à faire connaître… Rencontre avec Rejoué

–    Pourquoi avoir voulu créer une ressourcerie de jouets ?

Claire Tournefier-Droual, la fondatrice de Rejoué, a eu un enfant en 2012. Elle avait remarqué durant son bénévolat à la Croix Rouge que rien n’était prévu pour redonner une nouvelle vie aux jouets, mais c’est en devenant maman qu’elle a compris l’étendue du problème. Être parent aide vraiment à se rendre compte du coût des jouets, et de leur faible durée de vie. Les jouets sont utilisés 8 mois en moyenne, alors qu’ils pourraient servir des années. Elle a cherché ce qui existait en France pour remédier à ce problème, et a fait chou blanc. Elle a donc décidé de créer une structure en Île-de-France, et a ainsi créé l’association Rejoué.

–    Depuis quand cette structure existe-t-elle ?

Rejoué a été créée en 2012. C’était la première organisation en France à donner une nouvelle vie aux jouets. Depuis, 4 autres structures en France ont vu le jour : Recycl’Aire en Rhône-Alpes, Carijou en grand Est, R’2 jeux en Nouvelle Aquitaine et Rejouets à Caen. Nous travaillons ensemble pour organiser la filière de réemploi du jouet, que vient de rejoindre Looops, en Belgique.

–    Avec quel personnel fonctionne-t-elle ?

Le chantier d’insertion de Rejoué compte une trentaine de salariés chaque année. Il s’agit de personnes en difficulté, qu’ils soient migrants, travailleurs handicapés, mères célibataires, etc. Chacun d’entre eux est accompagné individuellement afin d’élaborer leur projet professionnel. Pour valider celui-ci, nous mettons en place des Périodes de Mise en Situation en Milieu Professionnel (PMSMP) qui permettent de confirmer ou non le projet de la personne. En 2017, 9 PMSMP ont ainsi été mises en place afin de confirmer ou infirmer le projet professionnel des salariés concernés. Ils bénéficient également de formations collectives en interne (tels que La connaissance des jouets, le nettoyage écologique, Gestes et postures, Incendie, Fondamentaux de la vente…). Notre équipe d’encadrement compte désormais 10 salariés.

–    D’où proviennent les jouets ?

Nos jouets sont collectés chez les particuliers, les entreprises, les associations partenaires et les collectivités. Ils sont donnés afin que nos salariés en insertion leur redonnent une nouvelle vie, et rendent d’autres enfants heureux. Pour ce faire nous avons trois points de collectes permanents (notre atelier, notre boutique et une association située en face de notre ancienne adresse), où les particuliers peuvent venir déposer leurs jouets. Nous pouvons passer les chercher chez eux à partir de 5 cartons. Nous organisons pour les collectivités et les entreprises des collectes ponctuelles dans leurs locaux, où pendant une durée déterminée à l’avance, les employés peuvent déposer les jouets qui ne servent plus chez eux. Certaines collectes sont organisées spécifiquement pour le grand public, comme la Grande collecte avec Nature et Découvertes qui a eu lieu du 25 septembre au 29 octobre, ou celle de Monoprix qui se déroule du 8 au 22 novembre. Celle de Nature & Découvertes nous a permis de récupérer des jouets dans toute la France, et celle de Monoprix permettra aux particuliers qui font leurs courses en ligne de donner de chez eux leurs jouets, grâce au livreur qui repartira avec.

Depuis sa création, l’association Rejoué a permis à 88 personnes d’être accompagnées dans un parcours professionnel.

–    Une fois les jouets récupérés, qu’est-ce qui se passe ?

Quand nos jouets arrivent dans notre atelier, nous les pesons par expéditeur, puis les trions par qualité (neuf, très bon état, bon état) et par type (livres/CD/DVD, Puzzle & Loisirs créatifs, etc.). Il arrive régulièrement qu’il manque une ou plusieurs pièces aux jouets. Nos salariés cherchent alors ce que nous en stock pour reconstituer un ensemble cohérent, ce qui implique parfois d’être un peu créatif. Les jouets réassemblés sont ensuite nettoyés avec des produits respectueux de l’environnement. Nous vérifions que le jouet fonctionne, et le cas échéant, en enlevons les piles. Ils sont ensuite contrôlés par d’autres salariés, qui vérifient l’état, le nettoyage et le fonctionnement du jouet. Après emballage, les salariés doivent attribuer un prix. Pour cela, ils effectuent si besoin une recherche internet pour connaître le prix de base du jouet, et selon la qualité  qu’ils ont entre les mains, fixent un prix entre -50% et -70% du prix de vente neuf. Les jouets sont ensuite expédiés en boutique ou chez les professionnels de l’enfance.

–    Par quel biais sont-ils revendus ?

Nous vendons les jouets aux professionnels de l’enfance et aux particuliers. Les premiers ont un magasin dédié dans notre atelier, qu’ils peuvent visiter sur rendez-vous pour faire leurs achats. Les seconds peuvent venir à la boutique Rejoué, dans le centre commercial Rejoué du 14e arrondissement, ou à notre boutique éphémère du 2 avenue du Parc à Vitry-sur-Seine. Notre boutique permanente est vouée à déménager, le centre commercial fermant pour destruction, nous aurons donc un nouvel emplacement début 2018 pour vendre nos valeureux jouets.

–    Quel type de jouets proposez-vous à vos clients ?

Des jouets en bois, jeux d’éveil (hochet, tapis, etc.), jeux de société, livres/CD/DVD pour enfant, déguisements, jeux de construction, figurines – notamment où les histoires vont « en avant » 😉 –véhicules (voitures, avions, etc.), poupons, poupées

–    Combien de jouets récupérez-vous en moyenne chaque année ? Les chiffres sont-ils en progression ?

Nous récupérons de plus en plus de jouets ! En 2015, nous en avons collecté pour 24 tonnes, et en 2016, pour 33 tonnes.

–    Quelles sont les raisons qui conduisent les gens à acheter des jouets issus de la recyclerie ?

Rejoué nettoie et reconstitue les jeux et jouets, qui sont de bonne qualité, et vendus entre 50% et 70% de leur prix neuf. Ce travail étant fait par des salariés en insertion, la notion de « jouet solidaire » prend tout son sens : les enfants qui donnent leurs jouets, les salariés entrent sur le marché de l’emploi grâce aux jouets, et les clients financent le travail des salariés en achetant.

–    Quels sont les projets de l’association pour les mois et/ou les années à venir ?

Rejoué est l’une des neuf ambassadeurs de l’économie circulaire. Pendant les prochains mois, nous allons élaborer la feuille de route de l’économie circulaire, qui sera présentée en mars par Nicolas Hulot, afin de lister les les mesures opérationnelles à mettre en œuvre pour atteindre en 2025 un double objectif ambitieux : « diminuer de moitié la mise en décharge et recycler 100% du plastique, tout en visant une économie 100% circulaire ».

En 2018, Rejoué va également, avec ses partenaires associatifs, structurer la filière de réemploi du jouet. L’objectif est de favoriser l’émergence de nouvelles structures dans notre secteur, afin de collaborer ensemble pour que le jouet ait plusieurs vies.

Site internet de l’association : Rejoue.asso.fr

Où acheter les jouets proposés par Rejoué ?

 Boutique Rejoué

Centre commercial Galerie Gaieté

68/80 Avenue du Maine

75014 Paris

 Boutique éphémère jusqu’au 23/12

2 Avenue du Parc à Vitry sur Seine

Mercredi et samedi de 10h à 14h et de 15h à 18h

Corine Carré

Crédits photos : association Rejoué

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *