Et si l’habit faisait le moine?

habit-fait pas le-moine

Il y a 5 ans, trois étudiants décident de créer une association avec un objectif : permettre à des personnes de retrouver le chemin de l’emploi. Comment? En leur donnant un costume ou un tailleur et en leur proposant un accompagnement professionnel à la préparation des entretiens d’embauche.

En 2016, 600 hommes et femmes ont été aidés par « La Cravate Solidaire » et 70 % d’entre eux ont réussi leur entretien d’embauche!

Assis sur l’accoudoir du canapé, une mandarine qui passe d’une main à l’autre, des cheveux ébouriffés, un regard malicieux, un air de « grand gamin »… Nicolas Gradziel, 28 ans, n’a à priori rien d’un directeur classique tel qu’on pourrait se l’imaginer et pourtant… C’est bel et bien un costume de dirigeant qu’il endosse tous les matins lorsqu’il rejoint les locaux de La Cravate Solidaire l’association qu’il a créé il y a 5 ans avec deux autres copains de promo.

A l’époque, ils sont tous les trois étudiants dans une école de commerce et ils arpentent quotidiennement le parvis de la Défense. Des hommes en costume cravate et des femmes en tailleur ils en croisent tout le temps au point de se dire que si chacun d’entre eux donnait une chemise, une veste, une jupe, une paire de chaussures, il y aurait largement de quoi habiller un nombre important de chômeurs qui faute de moyens financiers, se présentent à des entretiens d’embauche dans des tenues pas toujours adéquates au regard des attentes des futurs employeurs qu’ils rencontrent.

Un accompagnement pro pour préparer son entretien d’embauche et travailler son image

bonne-humeur

L’idée d’une association qui proposerait ce type de service naît alors dans la tête des 3 étudiants. Le principe est simple : donner une tenue professionnelle adaptée et aider à la préparation des entretiens d’embauche pour faciliter l’accès à l’emploi de personnes en insertion professionnelle. Objectif affiché de Nicolas, Yann et Jacques-Henri : lutter contre les discriminations liées à l’apparence qui dans trop souvent des cas encore, constitue un frein réel à l’embauche.

L’histoire de La Cravate Solidaire débute alors en janvier 2012 avec l’organisation des premières collectes de vêtements, de chaussures et d’accessoires. Amis, familles, amis d’amis… tous sont sollicités pour alimenter les étagères et pendants de l’association qui faute de local squattent l’appartement de l’un des co-fondateurs.

L’idée plait, les médias s’intéressent à cette bande de jeunes qui innovent dans le domaine associatif et très vite les choses s’enchaînent au point d’arriver en 2016 à ce que l’association compte dans ses rangs 700 bénévoles réparties dans les 7 antennes dispatchées sur le territoire hexagonal ainsi que 7 salariés! Une belle performance confirmée par le nombre d’hommes et de femmes aidés. Au total, ils sont 600 chaque année à passer entre les mains de bénévoles professionnels du recrutement et des conseillers en image. Parmi eux, 70 % réussissent leur entretien d’embauche! D’où viennent-ils ? « 75% des personnes que nous aidons sont envoyées par les associations avec lesquelles nous travaillons. Elles sont dans un parcours d’insertion. Nous arrivons en bout de course » précise Nicolas.

Reprendre confiance en soi pour réussir son entretien d’embauche

maison-chequeSi l’habit ne fait pas le moine, Nicolas en est convaincu, il y contribue fortement. « Dans les ateliers « coup de pouce » qui se déroulent sur Paris les mercredis, vendredis et samedis, nous répondons à 2 problèmes : le défaut de tenue et le défaut des codes nécessaires à avoir pour passer un entretien. Les ateliers « coup de pouce » que nous organisons sont ludiques. L’ambiance est ultra détendue, on veut que les gens soient à l’aise. Au fil de l’atelier, ils voient leur apparence évoluée, ils gagnent en confiance, ils changent de posture et s’aperçoivent qu’avec un costume ou un tailleur, ils ne sont pas déguisés, ils sont fiers de l’apparence qu’ils donnent. Il y a un déclic qui se créé chez eux, c’est quelque chose de profond » explique Nicolas, qui chaque fois qu’il assiste à cette transformation en direct est heureux et surpris de l’effet provoqué.

Après le relooking et l’entretien « blanc » réalisé avec des professionnels des ressources humaines, c’est le temps de la photo destinée au CV bien sûr, mais aussi une plus fun, histoire d’immortaliser ce qui constitue pour beaucoup des bénéficiaires, un déclic dans leur vie professionnelle et personnelle.

50 collectes organisées chaque année dans les entreprises

Désormais bien rôdées, les collectes au sein des entreprises permettent à La Cravate Solidaire en plus de récupérer des vêtements, chaussures et autres accessoires vestimentaires, de collecter aussi de l’argent destiné à assurer le bon fonctionnement de l’association. Chaque kilo de vêtement donné s’accompagne d’un don de 10 euros fait par l’entreprise dans laquelle se déroule l’opération. « Souvent, on atteint les 1 000 euros » explique Nicolas qui considère cette contribution financière comme une participation à la revalorisation des vêtements collectés.

Reconnue d’intérêt général et soutenue par de nombreux partenaires dont l’Elysée (rien que ça!!!) et la mairie de Paris, La Cravate Solidaire entame l’année 2017 avec de nouveaux projets. Pour ce qui est du relooking, les femmes vont désormais pouvoir compter à l’antenne parisienne, sur la présence d’une table de maquillage professionnelle. Quant à l’accompagnement professionnel, Nicolas souhaite renforcer le parcours de l’emploi en organisant notamment des journées dédiées à des entretiens solidaires pour permettre aux bénéficiaires de l’association de se confronter à des entretiens en conditions réelles dans des entreprises partenaires de La Cravate Solidaire. « L’idée est aussi d’améliorer le système de mise en relation entre les chômeurs et les employeurs qui nous soutiennent pour mieux repérer les talents » explique Nicolas.

2017 sera peut-être aussi placée pour La Cravate Solidaire sous le signe d’une collaboration avec le ministère du travail qui a d’ores et déjà pris contact avec l’association pour parler du très sérieux problème des discriminations à l’emploi. Aventure à suivre….

www.lacravatesolidaire.org

contact@lacravatesolidaire.org

Tél : 06 95 00 29 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *