Demain j’achète une oeuvre d’art

Plus la peine d’avoir un compte en banque à cinq chiffres et une carte black pour s’offrir un tableau, une sculpture ou encore une photo originale, Wilfrid Caix et Benamar Bouziane ont récemment lancé une galerie d’art dont l’objectif est d’encourager l’acquisition par un large public d’oeuvres réalisées par des artistes contemporain de talents.

 

ArtEthic Galerie est en fait une start-up sociale et solidaire imaginée et créé par deux jeunes entrepreneurs fous d’art qui ont pour objectif à travers leur structure entrepreneuriale, de démocratiser l’accès à la création artistique. Leur passion de l’art leur a donné l’énergie d’emmener dans leur aventure des artistes mais aussi des gens, qui comme eux, avaient envie de mettre le travail de sculpteurs, peintres ou photographes à l’honneur en permettant au plus grand nombre d’acquérir leurs œuvres.

L’idée au fond, est simple : pouvoir s’offrir de l’art tout en offrant la possibilité à des créateurs bourrés de talents de vivre de leur travail. Que leur notoriété soit en devenir ou reconnue, tous les artistes engagés dans ce projet partagent les valeurs de solidarité et d’équité défendues par ArtEthic Galerie. Le fait de proposer une politique de prix justes et accessibles permet selon les deux entrepreneurs d’envisager un passage à l’acte d’achat plus facile et de toucher plus aisément un public souvent éloigné de l’univers des galeries. D’ailleurs, le fait qu’ArtEthic Galerie n’expose pas le travail de ses créateurs dans une galerie à proprement parler fait partie de la philosophie même du projet. Son idée :transformer en galerie d’art les espaces de coworking de La Ruche. Situé à Paris, ce lieu est un espace dédié à l’innovation sociale et aux projets à impacts positifs sur la société et l’environnement.

Quand l’art s’installe dans un espace de coworking.

Pour Wilfrid et Benamar, ce choix de lieu atypique est une manière de sortir l’art des endroits où il est traditionnellement visible et donc achetable. Après une première exposition au mois de janvier dernier, ArtEthic Galerie a décidé de réinvestir une nouvelle fois les lieux en proposant une deuxième exposition dont le vernissage est prévu le 16 mars prochain. Au programme : la même envie de partager les créations d’artistes choisis pour leur créativité artistique et leur liberté d’expression. A ArtEthic, la ligne éditoriale privilégie d’abord et avant tout les créations fortes, personnelles et originales sans frontière de style.

Des galeries d’art dans les entreprises

En passionnés d’art qui se respectent, Wilfrid et Benamar misent beaucoup sur la relation humaine entre l’artiste et eux. Parce que l’amour de l’art commence souvent par une rencontre, ils n’hésitent pas à se déplacer dans les ateliers de ceux qu’ils ont envie de défendre pour s’imprégner de leur univers artistique et comprendre leur démarche, leur travail et les valeurs humaines dont ils sont porteurs. C’est ensuite autour de ce qu’ils appellent un « comité de passionnés » composé outre d’eux-mêmes de collectionneurs et d’amateurs, de décider des artistes qui seront exposés. Aucune participation financière ne leur est demandé et la marge qui leur revient en cas de vente est définie par un contrat qui leur assure une juste rémunération en considération du travail artistique effectué.

Pour permettre d’offrir aux artistes une meilleure visibilité, Wilfrid et Benamar ont en projet de proposer aux entreprises la possibilité de louer des « mini-galeries » thématiques qui seraient le temps de quelques semaines ou quelques mois, exposée dans leurs murs. Une façon concrète selon eux de faire entrer l’art dans des lieux où il est généralement peu convié et d’amener les œuvres au plus près du public.

Espace la Ruche, 24 rue de l’Est à Paris

www.artethic-galerie.fr

Corine Carré

Crédits photos : ArtEthic Galerie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *